L’intérim : un mode d’emploi pour tout comprendre

L’intérim, comment ça fonctionne, quelles sont ses particularités, quels sont ses enjeux ? Dans ce dossier, nous vous expliquons tout sur l’intérim, sa rémunération et ses avantages.
Bien comprendre l'interim mode d'emploi

Paru le : 08/09/2020
Temps de lecture : 3min

 

Si vous ne savez pas bien comment fonctionne l’intérim ou ne savez pas comment vous y prendre, il n’y a pas de honte à avoir. Si quasiment tout le monde connaît l’intérim, peu de personnes savent en réalité ce qui en découle.

Si vous cherchez un emploi ou un employé intérim, contactez-nous ! Nous disposons d’un grand réseau d’agence intérim en Normandie et en Bretagne, dont une super agence d’intérim à Saint-Malo !

Quel est le principe de l’intérim ? Comment ça marche ?

L’intérim engage trois parties : un salarié, une entreprise de travail temporaire et une entreprise qui a un besoin de ressources. L’entreprise de travail temporaire (ou ETT) embauche le salarié intérimaire et le met à la disposition de l’entreprise utilisatrice pour une durée déterminée, contrat de mission à l’appui. L’ETT facture les heures à l’entreprise dans le besoin avec qui elle est liée par un contrat de mise à disposition.

Travailleur intérimaire et sécurité sociale

Il faut donc comprendre que le travailleur intérimaire est salarié de l’ETT et non pas de l’entreprise utilisatrice. Le travailleur intérimaire est rattaché au régime général de la sécurité sociale. Il peut donc bénéficier du remboursement de ses soins de santé pendant un an en cas de maladie ou de maternité. Tout cela à condition qu’il ait travaillé au moins 60 heures pendant un mois, ou perçu un salaire qui équivaut à soixante fois le Smic horaire sur un mois.

Recrutement des salariés en intérim

L’intérim concerne tous les métiers. Les agences d’intérim acceptent les candidatures des chercheurs d’emploi sans distinction. Les candidats doivent présenter :

  • Un CV,
  • Une pièce d’identité valide,
  • Leur carte vitale,
  • Une copie de leur permis de conduire (si nécessaire),
     

Il est également possible, suivant les missions recherchées, qu’il faille présenter des attestations, des certifications ou encore un test psychotechnique.

Bien souvent, les ETT contactent directement les candidats lorsqu’elles disposent d’une annonce à pourvoir.

Contrat du travailleur intérimaire, rémunération et congés payés

En intérim, il y a deux contrats. Il y a un contrat de mise à disposition conclu entre l’ETT et l’entreprise utilisatrice et un contrat de mission qui lie l’ETT au travailleur intérimaire. Ce dernier fixe une période d’essai qui ne peut excéder cinq jours dans le cas d’un contrat de plus de deux mois. La durée d’une mission ne peut généralement pas excéder dix-huit mois, renouvellement compris.

Rémunération du travailleur intérimaire

La rémunération du salarié intérimaire ne peut être inférieure à la rémunération que percevrait un salarié de l’entreprise dans le besoin, de qualification équivalente et occupant le même poste (primes inclues). Par ailleurs, une fois la mission terminée, le travailleur temporaire perçoit une indemnité de fin de mission équivalant à 10 % de la rémunération brute totale.

La question des congés payés

Durant une mission d’intérim, le travailleur n’a pas la possibilité de prendre de congés payés. Ceux-ci font l’objet d’une ICCP (Indemnité Compensatrice de Congés Payés). Elle est due à échéance de la mission et représente 10 % de la rémunération brute totale. Toutefois, l’intérimaire peut demander à poser des congés auprès de l'entreprise où il travaille ainsi qu'auprès de l'agence d'intérim. Ses jours de vacances pris seront alors déduits de l’ICCP.

Rupture anticipée du contrat

En cas de rupture anticipée du contrat de travail à l’initiative du salarié intérimaire, à moins que celui-ci ne soit en mesure de justifier d’une embauche en CDI, l’ETT est en droit de demander des dommages et intérêts. Par contre, lorsqu’une ETT met fin à un contrat d’intérim avant la fin de la mission, cette dernière a l’obligation de proposer au travailleur un nouveau contrat prenant effet au maximum trois jours ouvrables après la rupture du précédent contrat.

Finalement, l’intérim est loin d’être aussi complexe et opaque qu’on pourrait l’imaginer. Les règles sont très bien établies et permettent de garantir les meilleures conditions aux entreprises tout comme aux salariés.

En savoir plus :
Comment les chiffres de l’intérim servent-ils de baromètre à la croissance économique ?
Les avantages de l'inscription en agence d’intérim