Les entreprises à la recherche d’intérimaires qualifiés depuis début septembre

Durant le confinement, les contrats d’intérim ont enregistré une baisse historique de 75 %. Mais la rentrée semble leur être plus favorable, les entreprises recherchant des profils très ciblés.
Les entreprises cherchent des profils qualifiés

Paru le : 09/24/2020
Temps de lecture : 2min

 

Après un confinement synonyme de baisse d’activité, les agences d’intérim ont repris du poil de la bête. Pour la rentrée, les entreprises sont à la recherche de profils qualifiés bien spécifiques. Dans certains départements de France, au 1er septembre 2020, le nombre de contrats supplémentaires a même augmenté de 50 % par rapport au 1er août. Autant dire que notre agence d’intérim de Dinan est sur le qui-vive, tout comme nos 18 autres agences en Bretagne et en Normandie.

La priorité des entreprises : du personnel qualifié

Au mois de septembre, les entreprises ont massivement contacté les agences d’intérim pour du personnel qualifié, notamment dans les branches les plus techniques. C’est sans surprise car c’est en période de crise que les profils les plus ciblés sont sollicités. Actuellement, les secteurs où les demandes sont les plus importantes sont : le BTP, l’agroalimentaire, les transports et le numérique.

À l’inverse, dans d’autres secteurs d’activité comme la restauration et des métiers du tertiaire, l’après-confinement se montre avare en nouveaux contrats. Les fonctions administratives (secrétaire de direction, assistant de ressources humaines, chargé d’accueil, etc.) affichent un net ralentissement, tout comme les métiers de l’aéronautique, aujourd’hui en grande difficulté. Il faut dire que les contrats prévus avant la crise sanitaire n’ont pas tous été reconduits au moment du déconfinement, nombre d’entreprises préférant capitaliser sur la main-d’œuvre déjà en place.

Nette diminution de la durée des contrats

Tandis que les entreprises sont désormais à la recherche de profils très qualifiés, dans l’ensemble, les agences d’intérim dénotent une réduction de la durée des contrats à pourvoir. En effet, avant la crise sanitaire liée au Covid-19, les sociétés privilégiaient des contrats longs, allant jusqu’à 18 mois. À présent, c’est le contrat « à la semaine » qui semble avoir la préférence des employeurs. Il est probable que le passage à cette formule soit lié à la menace d’un reconfinement.

Afin de faire face à un éventuel retour en force de la pandémie dans l’Hexagone, les agences d’intérim tentent aujourd’hui de diversifier leurs offres au maximum. Par exemple, elles proposent des contrats dans des secteurs d’activité qui ne sont, à la base, pas leur spécialité. Cela leur permet également de répondre à une demande locale plus ciblée.

Rappelons que les destructions d’emplois ont atteint 450 000 équivalents en temps plein durant le confinement. Mais en juillet 2020, elles ne s’élevaient plus qu’à 225 000. Cette tendance met en évidence une amélioration lente et progressive du marché de l’emploi en France, bien qu’il soit toujours fortement freiné par la situation sanitaire.

En savoir plus :
La liste des documents indispensables pour débuter une mission en intérim
Intérim : quelles sont les aides qui existent pour trouver un logement ?