L'emploi intérimaire, le grand gagnant de la crise économique en Bretagne ?

Malgré une croissance de 21% au 2e trimestre 2020 et de 22% au 3e trimestre de la même année, le nombre d’emplois intérimaires a baissé de 4,5% sur l’année. Cependant, la Bretagne tire mieux son épingle du jeu que le reste du pays où la baisse dépasse 10%.
L'emploi intérim bas son plein en Bretagne et en Normandie malgré la crise

Paru le : 18/02/2021
Temps de lecture : 3min

Le 14 janvier dernier, l’Insee a publié une étude qui fait état d’une croissance à deux chiffres de l’emploi en intérim entre juillet et septembre 2020 en Bretagne. C’est pourquoi notre agence d’intérim à Rennes a énormément d’offres à vous proposer en ce moment, et il en va de même pour toutes nos autres agences intérim en Bretagne et en Normandie.

La Bretagne tire bien son épingle du jeu malgré la crise

Le nombre d’emplois en intérim a progressé de plus de 22 % en Bretagne cet été et près de 7 700 emplois ont été créés en plus par rapport au trimestre précédent qui affichait déjà une croissance de 21 %.

Certains secteurs tirent mieux leur épingle du jeu comme le bâtiment qui connaît une hausse de près de 38 % au troisième trimestre. Cela représente la plus forte hausse tous secteurs confondus.

Ce secteur avait déjà connu une très forte croissance avec plus de 81 % de postes supplémentaires entre avril et juin 2020. Une grande part de cette augmentation exceptionnelle était pour partie liée au rattrapage du retard dû au confinement.

Le secteur de l’agroalimentaire n’est pas en reste non plus et s’en tire plutôt bien avec 1 400 nouveaux postes offerts entre juillet et septembre 2020.

Cette branche ne s’est pas arrêtée pendant la crise et a même connu un pic d’activité pendant le confinement car les personnes à la maison consomment plus de repas.  La conséquence directe est que le secteur de l’agroalimentaire comptabilise aujourd’hui plus d’emplois intérimaires qu’avant la crise.

Mais tout n’est pas aussi réjouissant et certains secteurs ont du mal à redémarrer comme l'aéronautique et la construction navale.

Les agences d’intérim déploient énormément d’actions pour orienter les intérimaires qui travaillaient traditionnellement dans l’aéronautique, la construction navale ou l’industrie automobile vers des métiers plus porteurs aujourd’hui. Mais cette mutation ne se fait pas encore assez vite pour répondre aux nouveaux besoins du marché.

Le développement de la formation pour répondre au marché

Face à ce constat, les agences de travail temporaire proposent des formations mais se heurtent parfois à la résistance au changement de la main-d’œuvre qui n’est pas toujours prête à changer de métier.

Les candidats doivent s’engager sur la durée car sinon le budget de formation est perdu si ceux-ci ne vont au bout des trois mois. Ce n’est pas toujours évident de trouver le bon profil.

Un constat cependant en demi-teinte

Les aléas économiques et les mesures de restrictions changeantes prises dans le cadre de la crise sanitaire incitent les entreprises à recourir beaucoup plus aux contrats d’intérim pour leur souplesse plutôt qu’à des CDD ou des CDI.
Cependant, le nombre total d’emplois par intérim est plus faible de 4,5 % par rapport à décembre 2019 même si la Bretagne tire encore une fois mieux son épingle du jeu que le reste du pays qui compte plus de 10 % d’emplois intérimaires en moins.

En savoir plus :
Comment réussir son entretien en intérim ?
Le BTP, un des secteurs qui recrutent le plus à la rentrée
L’essentiel sur le délai de carence en intérim